Bonjour,
Je vous écris pour vous dire que je suis déçue. Quand j'ai découvert Causette, ç'a été une vraie révélation : enfin un magazine féministe, intelligent, traitant des sujets différents ! Mais plus les numéros passent, plus je déchante. D'abord, il y a les pages culture que je ne prends même plus la peine de lire : je n'y découvre rien de nouveau et excitant, des bouquins ou des films qui sont chroniqués partout ailleurs, une culture très parisianiste (j'ai beau vivre à Paris, j'ai conscience que ce n'est pas le centre du monde et de la culture). Et puis il y a les portraits ou rencontres, toujours très complaisants, écrits dans un style assez désagréable que je qualifierais de cliché féminin. Je me souviens de cette chanteuse israélienne qui ne s'intéressait pas à la politique, ce qui apparemment est super cool ; non, se revendiquer israélien c'est déjà faire de la politique. Enfin, il y a bien sûr les sujets intéressants, les titres qui attirent, qui ne sont pas traités ailleurs, dont on se dit en voyant la couv "ah oui !" Mais quelle déception quand on découvre la superficialité de leur contenu, quand on a pris connaissance de blogs comme Genre ! ou Antisexisme dont les auteures effectuent bénévolement un travail de recherche et d'analyse bien plus poussé que celui de vos journalistes. L'idée de départ est bonne, mais on n'apprend finalement rien. Comment avoir envie, dans ces conditions, de financer la presse écrite qui périclite ? Surtout quand une telle presse préfère faire dans le sensationnalisme pour booster ses ventes plutôt que de produire des écrits de qualité. Et puis, Causette, par pitié, arrête de nous prendre pour des quiches. De tailler sans y répondre réellement les rares courriers de lecteurs négatifs que tu laisses passer, de penser qu'on interprète mal quand on dit qu'un article banalise et cautionne la pédophilie. Je terminerai là-dessus : un article infâme, sexiste, islamophobe, homophobe, participant à la culture du viol. Et, surtout, une réaction indigne de la rédaction. C'est nous qui avons mal compris, et si vous prétendez être désolés du manque de précision de l'article, vous maintenez que vous ne regrettez pas sa publication, que le parti d'interroger uniquement l'accusée est "journalistiquement défendable", vous menacez de procès celles et ceux qui vous accusent de faire l'apologie de la pédophilie. Et bien sûr vous ne dites rien sur les accusations d'islamophobie et d'amalgame homophobe. Si toutes ces erreurs de discernement sont réellement involontaires, alors vous n'êtes peut-être rien de ce qu'on vous accuse, mais certainement pas faits pour le journalisme.

 

L'article incriminé

Réactions :

Crêpe Georgette

Daria Marx

A contrario

Contre-réactions :

Rue 89

Les Inrocks

Twitter