En français : Actes Sud, 20129782330013073

En anglais : 2009

Titre original : The Help

 

A Jackson, Mississippi dans les années 60 on est en pleine ségrégation raciale alors que le mouvement des droits civiques prend de l'ampleur dans le reste du pays. Chaque jour, des dizaines de femmes noires vont dans les quartiers blancs pour travailler comme domestiques pour les familles bourgeoises. Aibileen et Minny, deux des narratrices, font ce métier depuis leur enfance et résistent tant bien que mal à l'ingratitude et au racisme de leurs employeurs ainsi qu'à la tentation de leur dire leurs quatre vérités. Skeeter Phelan, l'autre narratrice, est une femme blanche de 23 ans, la seule de son cercle d'amies à n'être pas revenue de l'université avec un mari. Elle a pour rêve de devenir écrivaine et de vivre sans ses parents. Constantine, la bonne qui l'a élevée a disparu sans laisser de traces pendant qu'elle faisait ses études. Elle va alors commencer à s'intéresser aux conditions de travail des bonnes noires de Jackson tout en essayant de comprendre ce qui est arrivé à Constantine.

 

J'ai trouvé ce livre très plaisant, bien écrit, facile à lire ; la narration à trois voix donne du dynamisme au texte. Il est surtout très intéressant, car on peut voir ce qu'était la ségrégation dans un Etat sudiste mais aussi la vie quotidienne des femmes bourgeoises, pour beaucoup sans emploi, dans les années 60 : des femmes à peine plus âgées que moi qui sont déjà mariées et ont des enfants ! On comprend que les relations entre blancs et noirs étaient très compliquées car on n'était jamais sûr de leur pureté : il y avait toujours un fond de racisme, de communautarisme, de méfiance... d'un côté comme de l'autre. A la fin, Kathryn Stockett explique qu'elle a elle-même été élevée par une bonne noire dans le Mississippi, qui a en partie inspiré ses personnages.